AUN Akey 6. [Importe de Chine.]

AUN Akey 6

N’ayant pas spécialement envie de mettre une fortune dans un matériel qui de toute façon sera totalement dépassé dans un an ou deux mais voulant malgré tout me faire un minimum plaisir, j’ai voulu tenter l’expérience du vidéoprojecteur à bas prix Chinois.
Après quelques recherches qui ce sont révélées être chiches en informations, je me suis décidé pour le AUN Akey 6, un vidéoprojecteur LED que j’ai déniché sur le site Aliexpress.

Logiquement, quand on se fixe un budget inférieur à 200€ pour un vidéoprojecteur, il ne faut pas s’attendre à des miracles car la où le haut du panier affiche des tarifs allant de 2000 jusqu’à parfois plus de 4000€, il n’y a de facto aucun point de comparaison possible.
Néanmoins, sur ce modèle premier prix (encore qu’il existe des vidéoprojecteurs à 50/ 60€), mes yeux ne ce sont pas mis à saigner, bien au contraire, même s’il est loin d’être parfait bien sur.

AUN Akey 6
Le contenu de l’emballage contient le strict nécessaire ou presque : Un câble d’alimentation, un câble composite, la télécommande ainsi que deux paires de lunettes anaglyphes.

La chose qui m’intéressais avec ce modèle de chez AUN, c’est qu’il propose une résolution native de 1080P, là ou beaucoup d’autres modèles sont en réalité des 720P voir même moins. Il propose aussi, mais d’une façon complètement anecdotique, un affichage en 3D, dont le rendu est assuré grâce à de superbes lunettes anaglyphes (si si, souvenez-vous de ces lunettes futuristes des années 80 avec un côté rouge et l’autre bleu…).

AUN Akey 6
Question connectique, il y a tout ce qu’il faut.

Le AUN Akey 6 existe en deux versions : L’une embarquant Android, et l’autre non. Pour mon utilisation, Android n’étant absolument pas utile, j’ai préféré la version sans.

AUN Akey 6
Deux prises HDMI, voilà qui peut se révéler pratique.

Niveau connectiques, ce modèle embarque tout ce qu’il faut : Prise VGA, lecteur de cartes SD, deux prises HDMI, deux prises USB 2.0, une prise Jack, et une sortie composite/ RCA avec son adaptateur A/V (bon, ce format là, je doute que qui que ce soit l’utilise encore aujourd’hui, en tout cas en France…).
Dans un autre registre, il est à noter qu’il est équipé d’un filtre à poussières au niveau de son ventilateur, ce qui limite l’encrassement de l’écran interne, et par conséquent, son nettoyage.

AUN Akey 6
Le Akey 6 gagnerait à avoir un ventilateur plus silencieux…

Forcément, des défauts, on peut lui en trouver sans trop chercher, comme son HP de 5W, qui même s’il offre un son audible, n’est pas franchement mélodieux, mais dans mon cas il ne sert pas puisque mes appareils sont reliés à un ampli Home-Cinema et à des enceintes dignes de ce nom.
Je me pencherais sur son démontage plus tard pour changer le ventilateur d’origine par un modèle plus silencieux.

AUN Akey 6
C’est actuellement le seul modèle dans ce budget que j’ai trouvé et proposant le Keystone.

En revanche, question point positif, outre le traditionnel lens shift, le AUN Akey 6 propose le Keystone avec un réglage à ± 40 °, et ça, c’est vraiment bien. Pour rappel, le principe du Keystone est de corriger numériquement la déformation de l’image (en forme de trapèze) lorsque celle-ci est projetée de biais.

Dans les faits, ce modèle est vraiment étonnant. Bien que sa résolution native de 1080P soit loin d’être l’actuel top en la matière, les images sont belles et lumineuses, il n’y a pas cet effet de flou dans les angles comme sur certains modèles, et cerise sur le gâteau, quand j’y projette mon écran d’ordinateur, tout est lisible, du moins, lorsque ma pièce est dans la pénombre.
Pour le reste, aucune saccade n’est à déplorer, et lorsque la pièce est éclairée, l’image reste parfaitement lisible et agréable à regarder. Évidemment, quand il fait sombre, c’est infiniment mieux…

Pour ce premier essai du AUN Akey 6, je l’ai quelque peu malmené : Film en 1080P et un jeu en 1080P toujours, le tout avec le soleil qui donne en plein sur la fenêtre, donc avec la pièce fortement éclairée.
Et bien figurez-vous que malgré ça, il s’en sort avec tous les honneurs car même si ce n’est pas une utilisation optimale, loin de là, je n’éprouvais aucune gène à regarder ce qui était projeté sur mon mur.
Il est à noter que mon smartphone ne lui rend pas justice du tout. L’image parait pâle et est bien plus clair que dans la réalité.

Filmer d’une main et jouer de l’autre, ce n’est pas évident, désolé pour la tremblote.

Dans mon second essai, cette fois-ci en conditions optimales, on peut voir qu’il se défend plutôt très bien. Les films tout comme les jeux (j’ai fais un réglage personnel pour le rendu des couleurs) ont des couleurs vraiment belles, quoi que peut-être parfois trop criardes avec le réglage par défaut, et les scènes rapides ne le mettent absolument pas à mal. Pour ce tarif -il m’en a coûté 172€- je ne pouvais définitivement pas espérer mieux.
Malheureusement, cette fois encore, mon smartphone ne fait pas honneur à l’image.

C’est dans l’obscurité que l’intérêt d’un vidéoprojecteur prend tout son sens.

Son seul gros point négatif, comme déjà mentionné, c’est le bruit provoqué par le ventilateur. Si comme moi vous l’avez au dessus de la tête, ça peut se révéler gênant sur le long terme, mais je suis persuader qu’avec un modèle silencieux le problème sera résolu. On en reparle quand je me déciderai à le changer.
Vous recherchez un vidéoprojecteur accessible et satisfaisant pour vos parties de jeu sur console ou pour regarder un film à l’occasion ? Alors foncez, vous ne serez vraiment pas déçu !


Partagez et suivez le Vieux Geek

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.