Combattre la moisissure. [Les ponts thermiques.]

Isolation garage

Pour changer peu ou prou des articles geek, je vais cette fois parler de mon dernier bricolage, parce que c’est un problème que de nombreuses personnes peuvent rencontrer. Comme je l’ai déjà évoqué ailleurs, j’ai emménagé dans ma nouvelle maison à la fin de l’année 2019, et depuis lors, je suis en travaux. Il y a de nombreuses choses à faire, et j’agis sur plusieurs les fronts à la fois.
En cette période hivernale, je me suis retrouvé confronté à un problème assez désagréable puisque des moisissures sont apparues sur un des murs de mon salon. J’avais constaté ce problème lors de mon emménagement, mais je pensais l’avoir résolu après avoir refait les joints extérieurs des fenêtres l’été dernier, changé les placos qui étaient endommagés et avoir retravaillé la ventilation de la maison en installant des aérations hygroréglables dans les pièces d’eau qui ne possédaient aucune ventilation mécanique ou naturelle. Malheureusement, le phénomène est réapparu dès que la température extérieure est descendue sous les 5°c… il était donc temps de combattre la moisissure et d’en finir une bonne fois pour toute avec elle !

Isolation garage
L’origine de mon problème vient d’ici.

A la fin des années 80… ou au début des années 90 on ne sait pas trop, une extension a été réalisée. En soit, pas de souci, tout a été bien fait si ce n’est que l’électricité ne devait pas faire partie du cahier des charges. J’ai depuis longtemps ajouté plusieurs prises, points lumineux et interrupteurs dans le salon, mais côté cave, tout restait à faire. Avant de réaliser l’isolation, j’ai au préalable crée un point lumineux dans cette partie de la cave que j’appelle le « petit garage » en opposition au « grand garage » qui est dans le prolongement mais séparé par une porte.

Isolation garage
J’ai de la Lumière, une prise de courant, et un beau tableau électrique tout neuf.

Les bases sont posées et je peux désormais brancher mon aspirateur pour nettoyer les voitures sans avoir à tirer de rallonge… les câbles orange qui pendouillent, c’est mon VDI qui est toujours en cours, j’en reparlerais ultérieurement.

Isolation garage
Une découpe précise offre un rendu plutôt propre.

Afin combattre efficacement la moisissure, il m’a au préalable fallu identifier de façon certaine l’origine du pont thermique qui en était la cause. N’étant pas un professionnel de l’isolation, j’ai mis un certain temps pour la trouver, mais j’ai finalement pu déterminer que la coupable était la porte de mon garage :
Une fine lame d’air passe en haut de celle-ci et vient frapper la dalle. De fait, lorsqu’il fait froid dehors la dalle refroidie et une légère condensation se forme sur le bas du mur de mon salon ou par opposition il fait chaud, et la moisissure s’y forme rapidement.

Isolation garage
Il est temps de résoudre le problème de moisissures !

Après avoir nettoyé et jointé au MAP l’intégralité de la dalle -sans être convaincu par cette nécessité-, j’ai soigneusement taillé mes dalles en polystyrène extrudé que j’ai collé au fur et à mesure.

Isolation garage
Le rail sur lequel coulisse la porte ne me laisse qu’un petit centimètre pour poser de l’isolant.

Parce que lorsque tout est simple ce n’est pas marrant, j’ai du découper et poser un isolant mince multicouche en suivant le chemin du rail sur lequel repose la porte. Avec à peine 1 cm de marge, les plaques de polystyrène extrudé ne risquaient pas de passer ! Lorsqu’on isole, il est important que tout soit parfaitement jointé. S’il existe des espaces, l’humidité risque de s’y infiltrer et l’efficacité sera moindre.

Isolation garage
Le moisi c’est fini, le pont thermique n’existe plus !

Avant de procéder aux travaux, j’ai relevé deux jours de suite, en journée et avec une température extérieure de 3°c la température de mon carrelage, au plus prêt du mur dans mon salon, histoire de pouvoir me faire une idée par la suite de l’écart obtenu.
Hélas pour moi la météo n’a pas jouée en ma faveur et entre temps, au meilleur de la journée une chute de 3 à 4°c s’est fait ressentir. Ce faisant, la température de ma dalle côté salon est en moyenne 2.6°c plus chaude qu’auparavant, et le bas du mur où les champignons se développaient à quant à lui reprit 3.5°c .

N’étant pas du métier, je ne peux prétendre d’avoir fait les choses de la meilleure façon qui soit ni d’avoir choisi les meilleurs matériels, mais depuis, la moisissure n’est plus réapparue et je vais même faire quelques économies supplémentaires sur le chauffage (de nombreux autres travaux ayant étés réalisés en ce sens dans le courant de l’année 2020). Histoire de parfaire la chose, à la belle saison je démonterais la porte pour la rénover et la réajuster de façon à stopper/ atténuer l’infiltration d’air à cet endroit.

Partagez et suivez le Vieux Geek

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.